INVESTISSEMENT: Le Maroc peut-il séduire l’Afrique ?

INVESTISSEMENT- Le Maroc peut-il séduire l’Afrique

La question était de savoir au cour de cette conférence qui s’est tenu le mardi 18 MAI 2021 à Fès, si le Maroc a enfin les moyens de séduire les investisseurs de l’Afrique.

Au terme de la rencontre, les points essentiels à retenir sont présentés comme suit:

Intervenants:

Loubna Karroum: Spécialiste en développement territorial et Afrique

Dr Mawouto Hoedegbe: Co-Fondateur de 2Msynergy SARL (domaine de la communication digitale) à Fès

Hicham Boudraa: Directeur général de l’AMDIE Maroc

Nancy Katambala: Avocate et conseillère juridique d’Africa business solutions à Londres

M. Kanka Malik N: Ministre – secrétaire général du gouvernement Togolais

Mehdi Alaoui: Président de La Factory Maroc

Abdousalam Dramé: CEO du groupe IGEA au Mali

 

Constat

_ Les investissements africains au Maroc peinent à décoller et leur croissance reste en deçà du potentiel.

_ L’initiative entrepreneuriale chez la communauté subsaharienne devient une réalité et beaucoup de jeunes sont intéressés par entreprendre au Maroc.

_ Le Maroc est considéré comme étant un pays occidental qui ne favorise pas le développement des affaires des investisseurs africains.

_Les startups africaines par exemple se caractérisent par une capacité de développement plus rapide que les autres entreprises. Pourtant rares sont celles qui ont choisi d’investir au Maroc.

 

Les efforts

_ Plus de 55 accords de libre-échange, dont le traité portant sur la création de la ZLECAF, le Maroc s’engage dans un processus d’ouverture de son économie au reste du monde.

_A Fès, diverses possibilités d’investissement dans la région et le dispositif d’accompagnement mis en place, notamment la banque de projet industrielle et la War Room, cellule dédiée à l’accompagnement des investisseurs.

_Dans le cadre de la stratégie de relance industrielle, la Région Fès-Meknès devrait accueillir 95 projets potentiels.

 

Point de vu d’investisseurs

_ Il y a moins d’opportunités d’investissements au Maroc en comparaison avec d’autres pays comme la Guinée et qu’il n’est pas facile de s’implanter et réussir son affaire dans le pays.

_ On peut facilement créer son entreprise dans le pays et les efforts entrepris pour faciliter l’acte d’investissement et les démarches administratives sont louables. La difficulté réside plutôt dans la phase post création vu l’absence d’accompagnement et la difficulté d’accès à certains financements.

 

Propositions de solution de la relance en investissements

_ Mettre sur pied le «Made in Africa » : les pays peuvent travailler dans une logique de co-développement

_ Mettre en place une stratégie de développement Sud/Sud dans des secteurs ciblés et utiliser les atouts de chaque pays pour aller dans cette logique de co-développement et co-construction.

_ Mettre en place une stratégie de communication ciblée, pour convaincre les investisseurs africains à franchir le pas.

_ Conjuguer les efforts mettant en avant les potentialités d’investissements dans le pays.

_ Vulgariser l’information.

_ Identifier les obstacles et agir en conséquence pour attirer les investisseurs.